Communiqué - Maison Berweiler

 

Histoire

L’histoire contemporaine de la maison Berweiler est pour partie à l’origine de la situation actuelle.

En effet avant la seconde guerre mondiale, cette maison était un immeuble s’étendant presque jusqu’à l’église. Les derniers combats en 1945 conduits à Sierck les Bains ont amené malheureusement la destruction des deux tiers de l’immeuble de départ. Depuis cette date, la partie arrière de la maison s’est également effondrée laissant seulement un cinquième de l’immeuble d’origine. Le bâtiment, privé de ses appuis est donc devenu un « immeuble chandelle » posé dans la rue de la Tour de l’Horloge, sensible aux évolutions structurelles qui l’ont affectées au cours des années.  Son état préoccupant est aujourd’hui un sujet qui divise la commune. Personne ne peut rester insensible à son état de délabrement, ni nier son intérêt patrimonial. Ces derniers jours beaucoup d’affirmations ont été dites, qui parfois se contredisent et s’opposent. C’est pourquoi il nous semble important de faire le point sur la situation.

 

Comment en est-on arrivé là ?

Depuis au moins trente ans, une famille modeste est propriétaire de cet immeuble, sans avoir les moyens de l’entretenir et de le rénover. L’état du bâtiment n’a donc fait que se dégrader et ce, malheureusement, dans l’indifférence des services en charge de la préservation du patrimoine.

Consciente à la fois de l’indignité du logement dans laquelle cette famille vivait et de la dangerosité du bâtiment pour ses occupants, les promeneurs, les voisins, et la municipalité, accompagnée par la CCB3F, ont œuvré à partir du printemps 2019, pour trouver une solution de relogement afin de proposer à cette famille sierckoise un logement décent à sa portée financière. C’est ainsi que nous sommes parvenus en décembre 2019 à lui trouver un appartement dans le centre-ville, comme elle le souhaitait.

La sécurité publique n’était pas pour autant réglée, d’autant plus que les propriétaires n’avaient pas les moyens financiers de porter seul un programme de mise en sécurité et de restauration de cet immeuble. C’est bien là que le bât blesse. L’état de la maison s’étant dégradé dangereusement ces dernières années, elle représente aujourd’hui un réel danger lié au risque d’effondrement. C’est la raison pour laquelle nous avons pris un arrêté de péril ordinaire en décembre 2019, ordonnant l’interdiction définitive d’y habiter et la démolition de l’immeuble sur la base d’une étude technique confiée à un cabinet extérieur. Cet arrêté affiché sur l’immeuble et en mairie n’a suscité aucune remarque y compris durant la campagne des élections municipales de février 2020.

Vous trouverez ci-dessous un extrait de l’arrêté de Péril précisant la nature des dysfonsctionnements relevés :

Vu le rapport d’expertise rendu le 16 octobre 2019 par Monsieur Thomas LESSER - cabinet BET2C, mandaté à notre demande et à celle de la communauté de communes Bouzonvillois 3 Frontières, concluant à l'existence d’un péril menaçant l’immeuble situé au 4 rue de la Tour de l’Horloge à SIERCK-LES-BAINS en raison des éléments suivants :

 

Façade avant, pignon ouest et façade arrière présentant des désordres significatifs avec des fissures verticales sérieuses.
Toiture présentant une infiltration.
RDC présentant une fissure longitudinale au plafond du couloir menant de la porte d’entrée à la cage d’escalier.
Planchers des 2èmes et 3èmes étages recouverts de gravats créant des charges ponctuelles.
Combles en mauvais état. Plancher absent sur 50 % de la surface. Plusieurs poutres de planchers ont cédé. Gravats présents sur le plancher encore en place.

Toiture présentant des infiltrations.
Mur présentant une fissure importante verticale à la jonction entre l’escalier et le mur soutenant les paliers. Décollement et chute des enduits.
Epaisseur importante de poussières et gravats sur les marches d’escalier.
Joints entre les marches d’escalier et le mur d’échiffre se délitant.
Déchaussement des encadrements de portes donnant sur les paliers.
 

Ne subsiste que deux pignons et quelques éléments de toiture (< 20 m²).

Pignons Ouest et Est non contreventés. Pignon Ouest exposé aux intempéries et pignon Est protégé par la seule présence de l’immeuble voisin, n° 2 rue de la Tour de l’Horloge.
Poutres subsistantes de la toiture menaçant de tomber au droit de la cage d’escalier.
 Le pignon Ouest apparaît « se décrocher » de la façade avant. Ce désordre entraîne des désordres secondaires au niveau des façades avant et arrière et de la cage d’escalier. L’origine est vraisemblablement due à (seule ou combinée) :

La rupture ou au desserrement des tirants mis en place pour compenser l’appui que représentait un immeuble mitoyen démoli,
Un tassement de la fondation à l’angle Nord-Ouest du bâtiment.

 

De désordres évolutifs :

Sous l’effet de phénomènes météorologiques, trois conséquences possibles peuvent se combiner et engendrer un sinistre important à tout moment :

Efforts supplémentaires exercés sur la toiture (coup de vent, chutes de neiges), qui vont se transmettre aux pignons et accentuer le mouvement de décrochage du pignon Ouest. A terme des poutres de planchers ou de charpente pourront se desceller ou rompre et générer des surcharges sur les planchers qui peuvent rompre à leur tour et s’effondrer vers le RDC (effet « domino »).
Infiltrations d’eau de pluie en toiture, qui vont continuer à faire un travail de « sape » sur les planchers du BATIMENT A et sur la cage d’escalier. A terme la rupture d’un élément structurel entrainera également un effet « domino » :
Rupture d’une poutre de charpente (BATIMENT A) qui surchargera le plancher situé en-dessous, qui rompra alors,
Descellement d’une marche d’escalier en partie haute de la cage, qui entraînera l’effondrement de l’escalier.
Effondrement du pignon Ouest au niveau du BATIMENT B (coup de vent), qui entrainera l’effondrement partiel ou total de la cage d’escalier.

 

Alors que faire ?

Cet arrêté de péril n’a pas signifié l’arrêt des réflexions pour trouver une autre solution pour cet immeuble appartenant toujours à ses propriétaires. Rapidement, il est apparu que sa structure bâtie actuelle ne permettait pas de construire une réponse technique viable.  En effet, la législation en matière d’accessibilité interdit une réhabilitation sur la seule maison Berweiler et la distribution actuelle des pièces est incompatible avec un logement moderne. Dans ces conditions, un programme de réhabilitation de la maison Berweiler avec un véritable usage ne peut être envisagé qu’en ajoutant à l’immeuble des structures sur les parcelles situées de part et d’autre. Il est donc nécessaire de maitriser les terrains occupés par la maison voisine en ruine adossée à la tour de l’horloge.

La vocation d’un éventuel programme sur le site a été débattue. Un consensus avec les partenaires de la commune (EPFL, CAUE Moselle) a été vite trouvé notamment en raison des moyens limités de la commune et des contraintes réglementaires liés aux conditions de fonctionnement d’un équipement recevant du public. C’est donc l’habitat qui a été sélectionné comme vocation unique du site. Au printemps 2020,  la commune de Sierck les Bains avec la CCB3F ont confié une étude de faisabilité d’un programme de réhabilitation et de création de logements.  Le montant des travaux a été estimé à 1 635 000 euros. 14 scénarii, 58 montages opérationnels (technique et financier) ont été testés et ont tous abouti à un déficit d’opération s’élevant entre 300 000 euros et 1 200 000 euros.  Aucun opérateur solide et viable ne peut supporter un tel déficit.

 

Dans une programmation de ce type, la mairie de Sierck les Bains ne peut pas être un recours. En effet, elle n’a ni les moyens financiers de porter un programme de ce type et ni la vocation de racheter cette maison en l’état pour la réhabiliter afin d’en faire des logements locatifs ou même d’y installer des services publics. Nos moyens limités ne le permettent donc pas et beaucoup de chantiers restent encore à faire pour ce mandat comme rénover le groupe scolaire, créer un véritable périscolaire, sécuriser les passages piétons, améliorer l’éclairage public, aider à la réhabilitation du château… Les acteurs publics ayant déjà été fortement sollicités pour le réaménagement du Glacis Est du château des ducs de Lorraine et la réhabilitation de la rue de la Tour de l’Horloge, nous ne pourrons pas par ailleurs espérer une grande aide de leur part. Nous ne pouvons pas délaisser les autres projets de la commune répondant aux besoins de l’ensemble de la population au profit de la restauration de la maison Berweiler.

 

En dehors de l’aspect financier (non des moindre) il y a l’urgence de la situation. La mairie est par la loi garante de la sécurité et de la salubrité publique. Ce bâtiment constitue un réel danger pour nos habitants et nous ne pouvons prendre aucun risque, comme a pu le constater lui-même Monsieur le Sous-Préfet de Thionville lors de sa visite sur les lieux.

Dans l’immédiat, nous devons nous donner des priorités et aujourd’hui la sécurité publique prime sur le patrimoine. Passer outre constituerait une faute. De ce fait à moins de trouver très rapidement un investisseur sérieux avec un plan de sécurisation rapide et de réhabilitation solide et robuste d’un point de vue technique et financier la démolition de la maison Berweiler semble inévitable. Ouverts pour encore trouver une solution viable dans un délai bref, nous avons proposé au collectif de sauvegarde de cette maison de venir nous rencontrer afin d’en discuter, mais celui-ci a refusé. Pour que chacun d’entre vous puisse se rendre compte des enjeux techniques et financiers d’un éventuel programme de réhabilitation de la maison Berweiler, vous pouvez consulter en mairie les études des entreprises.  

Ainsi que des photos techniques, témoignant de la dangerosité du bâtiment 

 

Cela doit nous servir de leçon et nous amener à changer nos comportements. Nous pensons en premier lieu aux propriétaires des bâtisses laissées à l’abandon sur notre centre historique de Sierck les Bains. La responsabilité d’entretenir ses biens est la condition première pour éviter ces situations extrêmes et dramatiques. Elles donnent à notre cité une image négative et impliquent au final une intervention publique, en l’occurrence celle de la commune, pour répondre au désordre engendré par ces comportements indélicats et peu soucieux de la ville et de ses finances. Pour adopter de nouveaux comportements, l’Etat, la commune de Sierck les Bains, la communauté de communes Bouzonvillois 3 Frontières et le conseil régional Grand Est peuvent accompagner les propriétaires dans la recherche d’aides ou de subventions, notamment dans le cadre de l’Opération Programmée pour l’Amélioration de l’Habitat, afin d’éviter que d’autres bâtiments remarquables de la commune ne se retrouvent dans cette situation, laissant ensuite à la commune la responsabilité de trouver des solutions, qui malheureusement n’existent pas aujourd’hui.

Se substituer à eux en supportant trente à quarante années d’absence d’entretien de leur patrimoine est donc impossible dans les conditions actuelles pour la commune de Sierck, et ne peut être guidé par la seule vision de maintenir à tout prix le patrimoine bâti sans tenir compte des autres enjeux du quotidien de notre commune.